Les jeux en valent-ils la chandelle?

Accueillir un grand événement sportif est une formidable vitrine. Mais c’est aussi un parcours du combattant pour les villes élues.

thema_forcatsstade1_arte

Dans trois jours s’ouvre à Rio la grand-messe du sport international. En même temps que la flamme, la ville s’embrasera, concrétisant un projet lancé il y a presque dix ans. Une décennie semée d’embûches, de polémiques et d’interrogations. Tout a commencé le soir même de la désignation de la ville hôte, le 2 octobre 2009. Jacques Rogge, président du CIO, annonce la victoire de Rio devant les projets de Madrid, Tokyo et Chicago. Problème: des quatre finalistes, la candidature brésilienne est celle qui a obtenu la plus mauvaise note technique. Le gouverneur tokyoïte ne tarde pas à réagir et dénonce une “logique invisible à l’œuvre”.

Très vite la polémique s’essouffle et les questions des perdants disparaissent sous les cris de victoire des futurs organisateurs. Mais l’élection n’est que le début et Rio a désormais beaucoup de travail devant elle pour assurer ces olympiades. Comme celles qui l’ont précédée, “la cité merveilleuse” s’est lancée dans une entreprise dont les retombées publicitaires ne valent peut-être pas le prix à payer. À Athènes, on se demande que faire de ces coûteuses infrastructures érigées en 2004, que seule la végétation fréquente désormais. À Sotchi, hôtesse des Jeux d’hiver 2014, la nature présente encore les stigmates des constructions sauvages qu’on lui a fait subir.

Sur le plan humain aussi, accueillir un grand événement sportif peut coûter très cher. Les organisateurs, souvent en retard, n’hésitent pas à s’écarter quelque peu du code du travail pour finir les travaux à l’heure. Exemple extrême: au Qatar, des Népalais (photo) turbinent sous plus de 40°C dans des conditions d’esclavage moderne et tombent comme des mouches. Les syndicats les plus pessimistes prévoient plusieurs milliers de morts d’ici le premier coup d’envoi. Un esprit sain dans un corps sain? Vraiment?

Sur le même sujet
Plus d'actualité