Un instinct sulfureux

Sexe, violence et...pic à glace

basicinstinct2_doc

Une actrice qui passe des moments inconfortables, nue à califourchon sur un acteur venu du porno ou qui doit retirer sa petite culotte pour un plan où elle décroise les jambes. Un scénario accusé d’homophobie par des comités de défense des gays. Des manifs près du plateau pour protester contre le tournage… Paul Verhoeven lui-même avait dû se faire convaincre par sa femme: “Je ne voulais pas le réaliser au départ car je trouvais le script trop cliché et trop excessif. J’avais décliné la proposition, mais elle m’a persuadé que je pourrais en faire quelque chose d’intéressant.” Résultat: un énorme carton au box-office pour ce thriller sulfureux sur lequel plane l’ombre de Hitchcock, où sexe et violence composent un mélange vénéneux. Dans “film culte” il y a “cul”, un élément que le réalisateur néerlandais utilise avec brio pour former un duo d’une rare sensualité entre Michael Douglas et Sharon Stone dans ce Basic Instinct qui pique (pic à glace) là où il faut.

Plus d'actualité