Les zones d’ombre de l’affaire Cools

Le 18 juillet 1991, soit il y a tout juste 25 ans, le Ministre d’État socialiste André Cools était abattu par deux hommes.

devoirenquete_1_belga

L’homme, très influent dans le monde politique belge, avait énormément d’amis. Beaucoup d’ennemis, aussi. Le mobile de cet assassinat allait être aussi compliqué à déterminer que le nom des coupables (auteurs et commanditaires éventuels). L’enquête dure dix ans. En 2003, Richard Taxquet, secrétaire particulier d’Alain Van der Biest et Pino di Mauro, le chauffeur du ministre, sont condamnés à 20 ans de prison. Alain Van der Biest préfère, de son côté, se donner la mort avant son procès. Il emporte avec lui des explications que le public et le ministère public brûlaient d’entendre. Vingt ans après les faits, Devoir d’enquête estimait qu’il subsistait de nombreuses zones d’ombre dans l’affaire Cools. Cinq ans plus tard, rien n’a changé et cette rediffusion pourrait aussi bien être un inédit…

Sur le même sujet
Plus d'actualité