Dragon Ladies

Lutter contre le cancer à coups de pagaie: le défi, inspiré d’une histoire vraie, d’une belle équipe de combattantes.

voguevie_1_france_2

Il naviguait en père peinard, sans plus attendre le grand soir. Ancien champion de kayak qui rêvait de J.O., Didier se contente d’enseigner les dérapages contrôlés dans une auto-école, comme il se satisfait de sa relation avec Aurélie – qu’il n’a pourtant toujours pas présentée à son adolescente de fille. Une vie tranquille, au manque d’ambition revendiqué et assumé. Alors quand Raphaëlle, avocate pétillante et déterminée, lui demande de coacher une équipe féminine inscrite à la Vogalonga (randonnée vénitienne à la rame), le jeune homme commence par refuser. Surtout lorsqu’il comprend que le projet des pagayeuses est très personnel: toutes se battent contre un cancer du sein et contre l’isolement qu’il a provoqué. Le père peinard se laisse pourtant convaincre par la motivation des équipières, attachante tribu d’âge, de profession et d’origine sociale divers. Et désormais, ce sera les copines d’abord.

Inspirée de l’histoire vraie des premières dragon ladies de France (du nom du bateau-dragon utilisé), cette jolie comédie romantique évite le pathos pour aborder le cancer avec autant d’humour que de réalisme. Jeune mère de famille ou veuve retraitée, les neuf héroïnes sont des combattantes plus que des victimes, qui s’acharnent à dépasser leurs peurs – de mourir, de perdre leur travail, de montrer leur corps parfois amputé d’un sein, de ne plus pouvoir séduire, de voir leurs proches leur tourner le dos. Leur défi est double: assumer la maladie et rappeler à tous que le cancer n’est pas contagieux. L’épreuve sportive sera également celle de l’apprentissage de la confiance – comme Raphaëlle, autoproclamée leader du groupe pour ne pas avoir à affronter ses propres angoisses, en fait la première l’expérience. Un beau sujet et une belle troupe de comédiens portée avec charme par Virginie Hocq et Mehdi Nebbou.

Sur le même sujet
Plus d'actualité