Franchise obligatoire

Rires garantis

franchiseobligatoire-3

France 4 propose deux pièces se complètant à merveille. On commence par de bons éclats de rire pour terminer dans l’hilarité générale.

 

Les deux thèmes de cette soirée théâtrale ne sont pas très éloignés l’un de l’autre. L’un concerne les assurances, l’autre l’achat d’un bien immobilier… Dans tous les cas, mieux vaut tourner sept fois sa langue dans sa bouche au risque d’y perdre gros. Évidemment, rien ne se passe selon les règles de la bienséance, ce serait beaucoup moins drôle. Dans Franchise obligatoire, le mensonge est de mise. Florent Peyre (à droite) est prêt à tout pour signer sa nouvelle police d’assurance, quitte à travestir la réalité. Au fur et à mesure qu’il s’empêtre dans des histoires saugrenues, il se rend compte que lui fait face un adversaire de taille, l’assureur joué par Christophe Canard (à gauche). Les gags s’enchaînent, les dialogues sont soignés. L’humoriste découvert dans On n’demande qu’à en rire en a sous le coude et porte la pièce de bout en bout.

La deuxième partie de soirée est encore plus musclée. Ça n’arrive pas qu’aux autres est la version déjantée du Dîner de cons. Quand un couple de bobos rencontre des proprios légèrement beaufs sur les bords, ça détonne dans la bâtisse normande. Lors de l’apéro un peu trop arrosé, les langues se délient. Si on peut reprocher à la pièce une écriture relativement simple, le jeu d’acteurs est quant à lui incroyable. Les protagonistes paient de leur personne en tombant dans l’hystérie collective. On apprécie particulièrement les caricatures décalées mais justes. Ce qui aurait pu donner un cirque pitoyable est brillamment transformé en un spectacle jouissif.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité