L’oeil dans l’engrenages

Si vous l’aviez loupée, vous êtes sauvé et vos nuits foutues. La RTBF ressort la meilleure série policière française.

engrenages_3_doc

Petits veinards, vous ne connaissez pas encore Engrenages? Alors que la saison 6 est actuellement en tournage, l’amateur éclairé envierait presque votre virginité en se remémorant ce petit frisson de plaisir caractéristique du sériephile dénichant une nouvelle pépite. Il tentera peut-être même de se glisser dans votre peau en redécouvrant ces huit premiers épisodes où se dessine, déjà prometteur, l’univers réaliste de cette plongée dans les rouages de la procédure pénale en France. L’eau y est d’un froid saisissant: dès la scène d’ouverture, le cadavre d’une jeune femme violemment défigurée donne le ton. La série, créée par Alexandra Clert et Guy-Patrick Sainderichin, ne prend pas de gants avec le téléspectateur et développe des intrigues criminelles aussi sombres que sa (belle) photo.

Autour de l’enquête fil rouge de cette première saison – le meurtre d’une étudiante roumaine, biologiste le jour et call-girl la nuit – et d’affaires plus secondaires mais non moins glauques, se mettent en place chacun des acteurs impliqués dans l’investigation. Côté flics, Gilou, Tintin et leur capitaine, la très décidée Laure Berthaud (Caroline Proust). Côté justice, le substitut du procureur Pierre Clément (Grégory Fitoussi), le juge d’instruction François Roban (Philippe Duclos) et l’ambitieuse avocate Joséphine Karlsson (Audrey Fleurot). Six personnages – et six excellents acteurs – dont les parcours éclairent intelligemment les relations entre les différentes parties, truands compris. Elégante et nerveuse, la réalisation ne souffre pas de temps morts mais laisse à ses (anti-)héros suffisamment d’espace pour que s’expriment leur personnalité comme leurs tourments. Joliment écrite, Engrenages n’évite pas toujours les maladresses et les raccourcis, mais elle s’est depuis bonifiée jusqu’à devenir la référence des séries policières françaises. Sûr que vous rempilerez avec nous.

Sur le même sujet
Plus d'actualité