Matière grise

Parole de gènes

matieregrise_1_isopix

Rappelons-nous les bons mots d’Yves Leterme: les francophones seraient trop paresseux intellectuellement pour apprendre le néerlandais. Et voyons, au-delà de cette phrase choc, avec Matière Grise ce que l’on peut aller fouiller de directement plus scientifique à ce sujet. Il semblerait bien, selon une étude toute récente de l’université de Washington que les inégalités en matière d’apprentissage des langue soient avant tout dues à la structure de notre cerveau et à nos gènes. Ils sont arrivés à cette conclusion en scrutant, avec des scanners, le ciboulot d’étudiants durant un cours de langue de plusieurs semaines. L’émission de Patrice Goldberg, elle, se demande si, effectivement, nous sommes plus réceptifs à une langue qu’à une autre, notamment en fonction de notre langue maternelle. En filigrane, c’est l’incroyable complexité du langage qui ouvre, petit à petit, l’une ou l’autre de ses portes.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité