L’obsession de la balance

Le poids est objet de toutes les attentions, dans nos sociétés. Une exigence physique qui génère des millions.

weight_watchers_2_rtbf

Le poids est une obsession très commune, en Occident. Rares sont ceux qui ne surveillent pas leur balance ou n’angoissent pas à l’idée de quelques kilos emmagasinés. Ce complexe physique engendre la multiplication des conseils régimes plus ou moins douteux. Les magazines féminins en regorgent, Internet également. La méthode infaillible n’existe malheureusement pas. Pourtant, une marque américaine a réussi à s’imposer sur le «marché» des régimes: Weight Watchers (WW, comme disent les initiés). Le concept? Chaque aliment correspond à un certain nombre de points (qui sont calculés en fonction des calories). Chacun peut se fixer un nombre maximum de points quotidiens, en fonction du poids à perdre. La vraie force de la méthode réside dans les réunions auxquels les participants peuvent se rendre et durant lesquelles ils rendent des comptes sur l’état d’avancement de leur régime. Se peser devant des inconnus, c’est radical: les pertes de poids sont souvent spectaculaires et moins difficiles que dans d’autres régimes, jurent beaucoup d’adeptes. Des adeptes qu’on estime à un million.

Profitant de son succès, la marque a développé des produits (livres de recettes, plats préparés …) à son nom. Tout le monde n’est cependant pas convaincu par la méthode. Les détracteurs de Weight Watchers dénoncent la reprise de poids – souvent aussi rapide que sa perte. Ils pointent également du doigt un régime déséquilibré, susceptible de nuire à la santé. Pour démêler le vrai du faux, Weight Watchers, un poids lourd qui tourne à plein régime (on n’a pas fait léger dans le jeu de mots) a suivi Marjorie et Emilie, qui comptent toutes deux sur WW pour perdre leurs kilos en trop. Cette incursion dans le monde des régimes en convaincra certains. Les exigences pondérales – et à quel prix? – présentées comme «normes» en agaceront bien d’autres…

Sur le même sujet
Plus d'actualité