Piqûres de rappel

France 5 suit la destinée de quatre moustiques au Brésil, au Burkina Faso au Cambodge et en France.

moustiques_1_belga

On l’a vu en 2015. Et en 2014. Et l’année d’avant encore. Le moustique-tigre est aperçu de plus en plus en Belgique, même s’il préfère malgré tout le climat tropical bien humide du Brésil. À chaque fois, c’est une petite panique autour de cet anophèle qui peut quand même, dans certains cas, filer la dengue ou le chikungunya. Pas de stress, rappelait en août dernier l’Institut de médecine tropicale d’Anvers. Les risques d’infection sont faibles. Mais, contrairement aux Pays-Bas, la Belgique n’a pas encore prévu de dispositif spécifique, au cas où. Et dans ce magazine, on est bien placé pour savoir l’attention qu’il faut porter à ces diptères audacieux.

Sur France 5, ce soir, votre écran sera rempli d’anophèles. En coproduction avec l’Institut Pasteur, la chaîne compare quatre moustiques nés au Brésil, au Burkina Faso, au Cambodge et en France. Récemment, au Brésil, le virus Zika a montré l’ampleur de sa dangerosité, touchant les femmes enceintes et les fœtus en gestation. Il est véhiculé par l’Aedes aegypti, un moustique venu d’Afrique avec les esclaves et qui s’adapte bien à l’environnement urbain. Son développement intéresse au plus haut point les autorités brésiliennes, notamment parce qu’il véhicule, en plus, la fièvre jaune et la dengue – cette dernière faisant des ravages dans le pays. Au Burkina Faso, le documentaire croise le chemin d’un autre ennemi, l’Anopeheles gambiae, moustique des champs porteur de la malaria. Même si elle est mieux maîtrisée que par le passé, elle continue de pourrir la vie de millions d’Africains et est particulièrement dangereuse chez les enfants de moins de cinq ans. L’émission continue son tour du monde des maladies convoyées par les moustiques au Cambodge, se penchant cette fois sur l’encéphalite japonaise, avant de se reposer en France, à la recherche, justement, du moustique-tigre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité