Heartless, cœurs à vif

Il n’y a pas que les polars qui viennent du froid. Un vent de fantastique s’y lève pour décoiffer les ados.

heartless_1_france_4

Porté par le succès de ses séries policières, le Danemark explore d’autres voies, à la conquête de nouveaux publics. Conçu à l’adresse des 15 à 30 ans, Heartless a tout logiquement séduit France 4, dont les jeunes spectateurs devraient apprécier l’atmosphère fantastique, prétexte joliment utilisé à explorer les peurs et les interrogations adolescentes. Celles de Sebastian et Sofie s’avèrent particulièrement existentielles – abandonnés à la naissance, ces deux jumeaux ne savent rien de leurs origines. Leur seul héritage est également leur plus grande douleur: tout comme les vampires survivent en suçant le sang de leurs victimes, ils se nourrissent en aspirant l’essence vitale des autres, par un baiser qui peut se révéler mortel s’ils ne parviennent à réfréner leur appétit. Ca gâche un peu les histoires d’amour! Alors que Sofie s’accommode de cette étrange singularité, Sebastian supporte mal la situation et convainc sa soeur d’enquêter sur leur mère afin de comprendre ce qui leur arrive. Leurs investigations les mènent dans un pensionnat perdu en pleine forêt, dont certains des habitants les feraient presque passer pour des lycéens normaux…

Ponctuée de flash-backs qui éclairent peu à peu le drame à l’origine de la malédiction, la série navigue entre XVIIe et XXIe siècle, prenant la forme d’un conte de fée moderne et sombre où il n’y a pas plus de gentils que de véritables méchants. Les thématiques qui sous-tendent le récit ne sont pas franchement nouvelles – l’adolescence face à la violence de désirs tout neufs et parfois effrayants – mais le récit reste subtil, la réalisation élégante et la personnalité des héros suffisamment complexes pour que l’on suive avec eux cette enquête où se mêlent sorcellerie et vampires d’un nouveau genre. Tout au moins si l’on reste dans l’âge de la cible. Les autres préféreront sans doute attendre le prochain polar.

Plus d'actualité