Des remerciements grandioses

Sandrine Corman surprend des seniors en les aidant à réaliser des rêves inassouvis…

mieuxvauttardquejamais_1_rtl_tvi

« En télévision, peu d’émissions s’intéressent aux personnages âgées. Ils sont un peu les oubliés du petit écran », regrette Sandrine Corman. « C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai accepté avec bonheur la présentation de Mieux vaut tard que jamais. » La jeune maman tient les rênes d’un programme événementiel (une prolongation sera probablement étudiée après l’examen des audiences) qui consiste à aider des seniors à réaliser des rêves enfouis,  avec la complicité de leur famille. Comme ce couple de casse-cou qui aurait tant voulu sauter en parachute et qui s’entraîne au grand bond. Ou Rosemary, cette grand-mère pleine d’humour qui a toujours souhaité partager sa bonne humeur sur les planches, avec le one-woman-show qu’elle a écrit elle-même. Un souhait exaucé à 87 ans sur la scène du Théâtre de la Toison d’Or, grâce à la complicité de Laurence Bibot et Nathalie Uffner.

Avec bonne humeur et délicatesse, la production suit leur parcours vers une aventure qu’ils n’auraient plus imaginé vivre. « C’est un concept magnifique, une émission familiale susceptible de toucher toutes les générations. Évidemment, c’est un programme qui brasse beaucoup d’émotions. A mon sens, c’est aussi ce qui fait sa force », poursuit Sandrine Corman. A la croisée entre l’émission de divertissement et le documentaire – l’animatrice n’est pas présente en permanence et la caméra se fait discrète -, Mieux vaut tard que jamais est un agréable moment de télévision. « Une émission positive et feel good », qui vous mettra la larmichette à l’œil et du baume au cœur. Et ce n’est pas toujours un concept à condamner sur l’autel de la « télé de qualité ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité