Les plus dangereux prédateurs

Retour sur deux criminels aussi impitoyables qu’ils avaient l’air inoffensifs…

devoir_denquete_-_steven_daubioul_1_rtbf

Sujet de nombreuses études, antihéros de bon nombre de fictions (dont des séries télé, voir encadré), les tueurs en série fascinent. Ils occupent une place à part dans l’organigramme des meurtriers, non seulement par le nombre de leurs victimes mais parfois malheureusement pour la folle cruauté dont ils font preuve. Devoir d’enquête revient sur deux serial killers belges que tout sépare – du caractère à l’époque – sauf la propension au meurtre.

En 1936, la police liégeoise arrête Marie Becker, une veuve avenante à la vie rangée. En apparence… En quatre ans, elle a empoisonné onze personnes. Son mobile? L’argent! Deux ans plus tard, lors de son procès, le monde entier se passionne pour le destin de cette femme – l’une des premières tueuses en série de l’histoire – qui multipliait les victimes pour faire la fête et profiter de ses nombreux amants. Devoir d’enquête se penche sur les archives et des témoignages secondaires pour retracer le parcours d’une meurtrière dont le charme n’avait d’égal que la férocité.

Près d’un siècle plus tard, de nombreux tueurs en série ont fait la une des journaux, en Belgique et ailleurs. Dans les années 2010, c’est au tour de Steven Daubioul d’attirer l’attention de la police. Ce geek sans histoire, rivé à son ordinateur, n’avait jamais éveillé de soupçons. Pourtant, il sera accusé puis jugé pour avoir sauvagement assassiné trois personnes et pour des faits de mœurs particulièrement sordides. Selon l’enquête, Steven quittait uniquement son monde virtuel pour assouvir ses pulsions meurtrières… Les réalisateurs ont suivi le procès du jeune homme, et se sont intéressés à la manière dont les policiers ont pu retrouver sa trace. Un indice? Cela commence par « expertise » et se termine par « scientifique »…

Sur le même sujet
Plus d'actualité