Woody Allen et le lyrique

Le réalisateur sans chœur

pucciniwoody1_arte

Michael Haneke, Emir Kusturica, David Cronenberg… Les réalisateurs aiment parfois se frotter au monde du lyrique. En terres de cinéma, l’opéra de Los Angeles est rompu au mélange des genres. En 2008, Woody Allen se voit confier la mise en scène d’une œuvre de Puccini, Gianni Schicchi – une œuvre courte pour ne pas perturber la frénésie de tournages de l’auteur. C’est le directeur de l’opéra et ténor de renom Placido Domingo qui incarne le rôle-titre, cet escroc venu subtiliser un héritage au cœur d’une mêlée cupide. Sous l’égide de Woody Allen, l’opéra historiquement placé en Toscane se transpose à Naples dans une atmosphère typique du monde de la mafia, emprunte de noir et blanc. Il est aujourd’hui présenté dans la version reprise par Kathleen Smith Belcher, précédée d’un documentaire concis mais éclairant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité