Petits arrangements avec Vichy

Vichy, la mémoire empoisonnée

vichy1_f3

La France a souvent connu des petits problèmes de mémoire. Aggravés, jusqu’à une période récente, par les déclarations de certains hommes politiques renâclant à pratiquer ce qu’ils considèrent comme « de l’autoflagellation ». Parmi les pages sombres du livre bien fermé de la honte, le régime de Vichy est resté un héritage particulièrement encombrant. Un héritage refusé des années durant en vertu de l’injonction gaullienne déclarant le gouvernement de Pétain puis de Laval « nul et non avenu ». Il faudra attendre le discours du président Jacques Chirac au Vel’ d’Hiv en 1995 pour que soit enfin reconnue la responsabilité de l’État français dans la Collaboration. Un difficile « retour du refoulé » sur lequel revient Michaël Prazan dans une fort intéressante analyse des événements qui ont peu à peu permis de lever le voile pudique jeté sur Vichy.

Plus d'actualité