Le parrain de la Renaissance

Il n’était pas couronné, mais régna comme nul autre sur la cité-Etat de Florence au XVe siècle. Il était laid, mais plaisait aux femmes comme aux hommes.

secretshistoire

Laurent de Médicis fut surnommé le Magnifique, non pour son physique, donc, mais pour son habileté à faire briller la république florentine, qui incarna grâce à lui le bel humanisme de la Renaissance. Stéphane Bern et ses invités relatent la destinée de ce fascinant homme d’Etat, despote éclairé qui repéra les plus grands artistes – Michel-Ange et Botticelli bénéficièrent de sa protection – mais n’hésita pas à se comporter comme un véritable mafieux pour mieux asseoir sa puissance. Un récit clair et circonstancié qui rappelle, au travers de la vie mouvementée de cet homme craint et respecté, l’illustre dynastie des Médicis et la flamboyance du Quattrocento.

Sur le même sujet
Plus d'actualité