Grande écoute Par-delà le bien et le mal

Diamant du petit écran, la série préférée de Barack Obama s'offre une rediffusion incontournable. Un must à savourer délicatement.

thewire_2_betv

Proposer autre chose. Voilà ce que David Simon avait comme ambition en donnant vie à The Wire (déjà diffusé sous le titre Sur écoute). Né dans son esprit alors qu’il était reporter à Baltimore, dans les années 80, et programmé neuf mois après l’effondrement des tours jumelles new-yorkaises, son feuilleton est quelque peu passé inaperçu au moment de sa première diffusion sur la chaîne câblée HBO. En ce temps-là, des productions telles que 24 heures chrono répondaient parfaitement à la demande des téléspectateurs américains traumatisés. À savoir, être divertis instantanément et gavés par cette merveilleuse drogue qu’est l’adrénaline par des héros au grand cœur, prêts à protéger leur patrie coûte que coûte. Logique, dès lors, que ce chef-d’œuvre n’ait pas pu rassembler à l’époque. Car cette fiction de 2002, développée sur cinq saisons, ne ressemble en rien à ce qui pouvait se faire alors.

À Baltimore, une cité ravagée par la pauvreté, les dealers sont rois. En manque de moyens, la police locale cherche à les coffrer. Sous l’autorité du lieutenant Daniels (Lance Reddick, Fringe), le détective Jimmy McNulty (Dominic West, The Affair) fait partie des flics les plus déterminés à coincer Avon Barksdale (Wood Harris, Ant-Man), le baron du coin, et son bras droit Stringer Bell (Idris Elba, Luther)…

De prime abord, l’idée autour de laquelle s’articule The Wire rappelle celle des innombrables séries qui abreuvent le petit écran. Mais on aurait tort de la réduire à ce type de format. Pour la simple et bonne raison que le scénario n’est en rien manichéen. « Le Bien contre le Mal, c’est quelque chose que nous avons écarté d’emblée, expliquait Simon. Et notre histoire s’appuie avant tout sur le concept de la ville, et la façon dont nous autres Occidentaux y vivons. » Fascinante pour qui veut se prendre le temps de l’apprécier, The Wire demande un investissement de la part de celui qui le regarde. Mais la récompense qui l’attend en bout de course dédommage sans commune mesure ce que certains pourraient considérer à tort comme un effort.

Inaugurant un nouveau partenariat avec HBO, The Wire va dérouler sa première saison sur Be Séries. Les quatre suivantes seront exclusivement sur Be à la demande, pour une période de six mois.

Sur le même sujet
Plus d'actualité