Demain ne meurt jamais

La science-fiction s’en repaît. Mais elle n’est pas la seule à rêver d’immortalité.

immortalite3_arte

Les chercheurs, en quête de nouveaux défis – et peut-être aussi pour conjurer leur propre peur de disparaître -, se penchent sérieusement sur les possibilités de ne faire de la mort qu’une simple étape de notre vie. Car entre les progrès de la biologie et ceux des nouvelles technologies, l’impossible pourrait bien ne plus l’être.

Il y a ceux qui choisissent de rejouer Hibernatus et espèrent revoir le jour après leur décès grâce à la cryogénie. Ceux qui placent leurs espoirs dans le clonage humain ou imaginent transférer les souvenirs, les émotions et les croyances d’un défunt dans le système informatique d’un robot – telle Bina48, version androïde de la femme d’une scientifique américaine. Des tenants du transhumanisme aux investisseurs qui, comme Google, misent désormais sur ce secteur prometteur, les auteurs de ce film très complet dressent un état des lieux des recherches actuelles et les confrontent aux réflexions économiques, sociales, éthiques et philosophiques d’experts parfois bien perplexes. Leurs interventions suscitent de passionnantes interrogations sur la condition humaine et les risques d’un tel phénomène – surpopulation, éternité promise aux plus nantis, fin de l’évolution de l’espèce.

Un tableau un tantinet anxiogène. L’immortalité est-elle une voie possible? Peut-être. Est-elle souhaitable? Citant Lacan, le documentaire offre sa réponse en guise de conclusion: « Si vous ne croyez pas que vous allez mourir, est-ce que vous pourriez supporter la vie que vous avez? »

Sur le même sujet
Plus d'actualité