Dans l’intérêt de l’enfant

Aure Atika arbitre le conflit entre un père et une mère qui s’entredéchirent pour la garde de leur fils.  

enfantdanger_1_france_2

Mathieu Francoeur (Arié Elmaleh) vient déclarer à la Brigade des mineurs la disparition de son ex-femme et de leur garçon, Joachim. Très inquiet, il soupçonne un enlèvement parental. Le lieutenant Rebecca Gomes (Aure Atika), chargée de l’affaire, se souvient alors avoir croisé quelques années plus tôt cet homme qui tenait des propos violents à l’égard de son ancienne compagne. Rebecca va donc enquêter sur les parents pour essayer de démêler le vrai du faux. Et se forger sa propre conviction.     

    

Aviez-vous lu Tu l’aimais quand tu m’as fait?, le roman d’Hélène Couturier qui a inspiré cette fiction?

AURE ATIKA – Je n’avais rien lu car je ne voulais pas être « parasitée » par le livre. J’ai préféré m’en référer uniquement au scénario. Il était assez riche et me dessinait déjà un personnage intéressant. Je n’avais pas besoin de chercher plus loin.

Le personnage de Rebecca est à la fois fort et cabossé. Qu’en dites-vous?

A.A. – Rebecca va de l’avant. Elle a un côté un peu mec et fait fi des conventions. Elle n’a pas peur de dégainer son flingue même quand il ne le faudrait pas ou de fumer un pétard alors que cela ne se fait pas, surtout pour une fliquette. En même temps, cette femme a des fragilités. Rebecca aurait pu se marier, avoir des enfants. Elle ne l’a pas fait et est devenue flic. Elle a comme une petite douleur d’avoir changé de vie.

Pensez-vous qu’il est difficile de faire la part des choses dans des affaires touchant à la famille et à la garde des enfants?

A.A. – On ne sait jamais vraiment ce qui se passe derrière la porte, dans une famille. Dans le téléfilm, la femme est écrasée par l’autorité masculine et ne pourra s’en sortir que par elle-même. Par ailleurs, il n’est pas possible de se reposer entièrement sur la justice. Celle-ci n’a pas toujours tous les éléments pour bien trancher et n’a que la parole des uns et des autres. Ce qui ne correspond pas forcément à la vérité.

Plus d'actualité