Des mots qui respirent

mickey3d01_belga

Le groupe Mickey 3D a aujourd’hui 20 ans. Toujours porté par Mickaël Furnon et ses musiciens qui vont et qui viennent, il sort un sixième album dont le titre se prononce comme il s’écrit: « Sebolavy ». Le single La rose blanche en est à la fois l’étendard et le fil conducteur, rendant hommage à Sophie Scholl, résistante allemande guillotinée par les nazis – c’est aussi elle qui orne la pochette. Pas de doute: la bande à Mickey reste fidèle à ses convictions et ses colères, bien décidée à poursuivre sa route après avoir atteint les sommets des hit-parades en 2003 avec le tube Respire et son clip écolo-pessimiste racontant aux enfants l’histoire de l’être humain.

S’il y a bien une constance dans le répertoire de ces pop-rockeurs de Saint-Etienne, c’est la fausse naïveté de leurs messages. Certes, l’humour y triomphe souvent, mais chaque album est parsemé de textes posant des regards francs sur le monde, où les notes d’espoir sont parfois très maigres. Autant dire que la musique, aujourd’hui, réserve un écho particulier à des plumes comme celles-là. Ce lundi, Alcaline leur ouvre les portes de son repaire, alias le Trianon parisien, le temps d’une chaude soirée offrant une escale à leurs refrains qui chantent à la fois la nostalgie, le refus d’abandonner et, surtout, le besoin d’avancer. Notons aussi que cet été, le groupe a déjà dit oui au festival de La Semo (à Enghien, le 9 juillet) et à l’inévitable Brussels Summer Festival (le 6 août). Si on a hâte? Evidemment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité