They just want to have fun

Réalisme et avant-gardisme toujours au rendez-vous de ces nouveaux épisodes.

girls_2_doc

Deux ans que les aficionados poireautaient en espérant leur retour. Mais ça y est: Plug RTL se décide enfin à programmer la suite inédite de Girls. Cette série made in HBO qui suit le quotidien et les déboires (professionnels et surtout sentimentaux) de quatre amies new-yorkaises, emmenées par la surprenante et culottée Hannah. Du coup, un petit rafraîchissement de mémoire s’impose.

En fin de saison 2, l’héroïne (incarnée par Lena Dunham, à l’origine de cette comédie douce-amère) se voyait finalement commander un écrit. Mais celle qui n’a eu de cesse de se projeter romancière ne supportait pas la pression imposée par son éditeur. Du coup, ses troubles obsessionnels compulsifs ont ressurgi, et elle n’a eu d’autre choix que de faire appel à Adam (Adam Driver), dont elle s’était séparée, mais qui était encore amoureux d’elle. En parallèle, et du côté de ses copines: Marnie (Allison Williams), dont la relation avec Charlie (Christopher Abbott) demeurait ambiguë, a couché avec Elijah (Andrew Rannells), pourtant homo; Shoshanna (Zosia Mamet) tentait d’éviter Ray (Alex Karpovsky), mais finissait par recraquer pour lui et Jessa (Jemima Kirke) cherchait à s’habituer à son statut de femme mariée.

Dans ces inédits, Hannah va mieux. Merci pour elle. « Elle n’a jamais été aussi bien », précise Jenni Konner, l’une des productrices, avant d’ajouter que « les filles vont essayer de trouver un équilibre entre leur vie privée et leur boulot. Mais quand on sait qu’elles ont déjà du mal à atteindre un juste milieu au sein d’un même domaine »… Toujours osé dans ses propos et sa mise en scène (« Je ne pensais pas qu’on resterait à l’antenne à cause de ça, après la deuxième année », s’amuse Lena Dunham), ce troisième round s’inscrit dans la continuité des intrigues précédentes. Et c’est tant mieux!

Sur le même sujet
Plus d'actualité