Pour l’exemple?

Nos clubs restent capables d’inquiéter les ténors européens.

football_stefano_1_reporters

Qu’Anderlecht franchisse ou non ce cap des huitièmes de finale, face à Donetsk ce soir, le football belge n’aura de toute façon pas loupé sa campagne européenne 2015-2016. Nos clubs l’ont à nouveau prouvé: décomplexés et appliqués, ils restent capables d’inquiéter les ténors du continent. Mais voilà, le constat reste le même depuis six ans et l’apparition des playoffs, qui ont fait passer le championnat de 34 à 40 matches par an: jongler sur tous les fronts s’apparente souvent à un leurre pour les organismes. L’exemple de Bruges, éliminé en quarts la saison dernière face à d’autres Ukrainiens (FC Dnipro), fut assez parlant il y a douze mois. Le problème, regrettable et récurrent, s’applique à tous les clubs belges, qui plafonnent en général à ce stade de la compétition. À moins, bien sûr, que les Mauves nous prouvent le contraire…

Plus d'actualité