Adrien Devyver: « On était là pour un intérim de trois mois »

Un gars, un chef fête son 400e épisode. Un succès qu'on doit surtout à son duo d’animateurs, dont un Adrien Devyver plus enthousiaste que jamais. 

un_gars_un_chef_-_la_400eme_rtbf

Si vous deviez poser un bilan de ces 400 émissions…

Le bilan est évidemment très positif. On était partis pour un intérim de trois mois (Un gars, un chef remplaçait Sans chichis pendant le congé de maternité de Joëlle Scoriels – NDLR). Là, on en est à 400 émissions et trois saisons. D’une part, Gerald et moi avons trouvé une complicité insoupçonnée. C’est vraiment une force de travailler ensemble. D’autre part, on a réussi à créer une réelle communauté Un gars, un chef sur les réseaux sociaux. On communique énormément avec notre public. ça aussi, c’est très positif!

Qu’est-ce qui fait le succès d’Un gars, un chef?

On est dans une cuisine décomplexée. Contrairement à ce qu’on voit dans d’autres émissions culinaires, on essaie des recettes et elles peuvent échouer. Comme tout le monde. Je pense que les gens apprécient ce côté assumé. Et la complicité entre Gerald et moi qui fonctionne extrêmement bien. Enfin, nos chroniqueurs apportent un plus à l’émission. Ils représentent des rendez-vous hebdomadaires pour les spectateurs.

Il paraît que vous n’avez aucune idée de ce qui vous attend pour la 400e!

On n’est au courant de rien! Je sais juste qu’on sera déguisés, et à quelle heure je dois être au studio. Pour le reste, c’est la surprise. Mais je fais confiance à mes collègues: je sais que cela sera bienveillant. Et puis, on est moqueurs dans l’émission. Si on me taquine, ce sera de bonne guerre.

Vous êtes très actif à la RTBF. Quels sont vos projets?

Je continue à m’investir à fond dans Un gars, un chef et Le grand cactus, deux émissions plébiscitées par le public et dans lesquelles je m’épanouis énormément. J’ai appris par la presse que je pourrais remplacer Benjamin Maréchal durant la première semaine de Pâques, sur VivaCité. C’est juste pour un remplacement, tout le reste n’est que spéculation. Je fais un test en ce sens ce mois-ci. Sinon, on a parlé d’un magazine santé, mais il n’y a rien de nouveau à ce niveau-là.

Sur le même sujet
Plus d'actualité