Les filles contre Daesch au Kurdistan

Les nouvelles amazones

kurdistanguerrefilles_3_arte

Beaucoup ont découvert leur combat l’an dernier, lorsque les jeunes femmes kurdes des Unités de défense féminines (YPJ) ont repris à Daech la ville syrienne de Kobané. Mais l’engagement de ces amazones modernes ne date pas d’hier. Portées par leurs croyances alévies – une minorité musulmane libérale, très présente en Turquie -, elles revendiquent depuis toujours une tradition de parité et d’égalité, œuvrant pour la libération de leur peuple comme pour l’émancipation des femmes. Un mouvement incarné par la militante Sakine Çansiz, cofondatrice du PKK en 1978, tuée à Paris en 2013. Dans son sillage, sont nées des unités de défense féminines où luttent, kalachnikov au poing, des combattantes de Turquie, de Syrie, d’Irak, d’Iran mais aussi d’Europe. Unies, au-delà de la guerre contre le djihadisme, pour une société démocratique multiethnique et multiconfessionnelle. Dans le camp d’entraînement du Qandil, au nord de l’Irak, elles ont même imaginé une académie de rééducation des hommes, s’attaquant par la culture à la domination masculine. De formidables héroïnes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité