Le bracelet électronique, une liberté compliquée à gérer

Un fil à la patte

enfermesdehors_1_france_5

Un fil bien lourd, enserrant la cheville 24 heures sur 24 pour rappeler à celui qui le porte que, non, décidément, ce n’est toujours pas la liberté. Plus difficile que prévu pour l’ancien trader Jérôme Kerviel, placé sous bracelet électronique pendant neuf mois: « Psychologiquement, le fait d’avoir un goût de liberté sans totalement l’avoir pèse parfois, c’est compliqué à gérer« . Sur le papier, le système a ses avantages – désengorgement des prisons, aide à la réinsertion, lutte contre la récidive. Mais ce documentaire en pointe pertinemment de plus fâcheuses conséquences. Pour les personnes concernées, soumises à une angoissante obligation d’autorégulation afin de respecter les contraintes horaires imposées. Voire pour le devenir de la société, incitée à se surveiller elle-même.

Sur le même sujet
Plus d'actualité