Interview vérité

La demi-heure est à la découverte des styles et des êtres du plat pays, dans une formule hebdomadaire, fraiche et sans faux-semblants.

coupe_au_montage_2_rtbf

Nouvelle venue sur La Trois depuis janvier, l’émission radio déclinée en télé et orchestrée d’une main de maître par Myriam Leroy fait du bien aux oreilles. C’est un luxe, de nos jours, de prendre le temps. Sa voix posée se fait entendre et l’on sait qu’on est parti pour trente minutes de tête à tête avec un acteur culturel de Belgique. En mettant l’accent sur le making of, la promo est vite mise de côté pour se concentrer sur l’essentiel, ce qui fait l’Homme. Sortir des sentiers trop souvent battus par le glamour et le vendeur, c’est le but de ce format hybride. Cette semaine, c’est Jérôme Colin, le célèbre chauffeur des stars, qui s’y colle. «Bon client, pétri par le doute, longtemps considéré comme le chien fou des médias», comme l’affirme sa collègue ertébéenne, l’animateur radio et télé, qui a connu une petite traversée du désert, s’est essayé à l’écriture. Son roman Eviter les péages fait son bonhomme de chemin auprès du public, et c’est à l’occasion de la Foire du livre qu’il est l’invité de la reine du verbe acéré. Une fois n’est pas coutume, c’est son ADN que la belle passe à la loupe. «Mon style, c’est d’essayer d’analyser au mieux, avec bienveillance mais sans complaisance», confie-t-elle. Pour arriver à un tel résultat, beaucoup de préparation et de recherches sont nécessaires. Afin d’échapper au malaise, ce drôle de docteur prévient: «Il faut oser ôter le couvercle. La personne doit être d’accord de s’examiner et de répondre sincèrement à ce qui est la fabrique de son œuvre.» L’exercice n’est pas aisé, pourtant, Myriam Leroy, forte de son expérience comme chroniqueuse et journaliste , maitrise l’art de la parole juste et justifiée. Pas besoin de fioriture, son talent met ses hôtes en valeur, et elle prouve une fois de plus sa légitimité dans le PAB.

Sur le même sujet
Plus d'actualité