Béatrice Dalle s’invite sur le divan de Fogiel

Cheveux couleur corbeau, bouche pulpeuse, dents du bonheur, l'invitée fusille du regard sa vie… qui n'a pas été simple.

ledivan_2_belga

Le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas sur le divan de Marc-Olivier Fogiel? Béatrice Dalle, l’amante incontrôlable du cinéma français, a récemment marqué son retour en télé dans Malaterra, adaptation de la série britannique Broadchurch, où elle campait un personnage sombre et mystérieux. Un choix artistique exigeant, comme toujours. Égérie du cinéma d’auteur, elle avoue ne jamais lire les scénarios, seules les rencontres humaines prévalent à ses yeux. En 2014, ses premiers pas au théâtre sont prometteurs dans le Lucrèce Borgia adapté par David Bobée. Artistiquement, la protégée de Dominique Besnehard, son ex-agent, s’épanouit. Dans la vie privée, la comédienne de 51 ans paraît plus sereine qu’avant.

Sous la bienveillance du présentateur, la punk du cinéma français se livre sans détour, imprégnant le plateau de sa présence animale. Elle est effectivement difficile à dompter et ses amours furent chaotiques. Après la tentative de suicide de son premier mari, Jean-François Dalle, dont elle a gardé le patronyme, on se souvient du couple mythique qu’elle a formé pendant 10 ans avec l’acteur et rappeur JoeyStarr. Plus tard, ignorant la critique, elle se marie à la prison de Brest avec un taulard incarcéré pour viol et violences. Entière, kleptomane à ses heures perdues, elle dit ne jamais regretter son passé. Sauf peut-être les 18 ans de silence envers ses parents, avec qui elle a renoué il y a peu. Une bonne occasion de découvrir cette croyante rebelle au parcours atypique.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité