Des enfants achetés par correspondance

Le martyre des jeunes filles-mères, orphelines de leurs enfants

enfantsbannisirlande_rtbf

Lorsque le journaliste Martin Sixsmith aide une Irlandaise à retrouver son fils, qui lui a été arraché par l’Eglise catholique pour être adopté, il ne s’attend certainement pas à ce que ses recherches aient un tel impact. Son entreprise a inspiré le film Philomena (diffusé lundi sur La Une). Surtout, elle a poussé de nombreuses victimes à se manifester. Car le cas de Philomena est loin d’être unique. Dans les année 50 et 60, elles sont des milliers de mères « perdues » (comprenez: qui ont enfanté hors mariage) à s’être vu retirer leur progéniture. L’Eglise catholique envoyait notamment les enfants dans des riches familles américaines. Officiellement, sans aucun accord financier: un enfant, cela ne s’achète pas. Officieusement, contre de généreuses donations. Les adoptants? Souvent aimants. Parfois monstrueux. Cerise sur le gâteau? L’Eglise refuse systématiquement d’aider les familles déchirées à se retrouver… 

Plus d'actualité