Drogue et trafic en tout genre: la frontière franco-belge sous tension

Entre les soucis exponentiels des réfugiés et des Français en quête de maisons closes, portrait de notre frontière avec la France.

droguefrontiere1_belga

Après les agapes de Noël, alors qu’il commençait à faire froid, les médias se sont souvenus de la « jungle » de Calais. Cette petite forêt proche du port abriterait 4.500 personnes. Des migrants, des réfugiés, qui attendent l’opportunité de passer au Royaume-Uni. Le campement existe depuis plus de quinze ans. Son existence est scandée par les soubresauts migratoires, les conflits du vaste monde et agit comme un cap d’espérance et d’amertume. Souvent, on arrive à Calais comme dans une impasse. Le journaliste belge Raphael Pellegrino s’est immergé de nombreux jours dans cette jungle, pour en comprendre les ressorts et l’inextricable vécu humain. L’endroit accueille de nombreux réfugiés syriens ou irakiens. Il y a aussi pas mal de gens de bonne volonté, qui filent un coup de main, du soutien, de la nourriture ou des affaires pour mieux passer la nuit – la route depuis le Moyen-Orient a souvent été traumatique. Pellegrino récolte les témoignages, sonde les espoirs de ces réfugiés et leur envie inépuisable d’aller au Royaume-Uni. Il aborde également les frictions entre la police et les réfugiés. La Deux continue son exploration des tensions à la frontière franco-belge dans un commissariat belge qui fait face à tous types de petits trafics. L’ultime gros morceau de cette plongée documentaire touche aux inévitables bordels. Plutôt bien tolérés en Belgique, ils attirent de nombreux clients français en quête de prostitution sans risque. La Deux a pu rencontrer des clients et des prostituées. Sans oublier l’inévitable Dodo la Saumure, maquereau emblématique du Tournaisis et inlassable développeur de maisons closes, devenu célèbre en Hexagone suite à l’affaire du Carlton.

Sur le même sujet
Plus d'actualité