David Bowie, l’homme aux cent visages ou le fantôme d’Hérouville

L'autre étoile noire

bowie_1_-_sony

Attendre le jour de ses 69 ans (ce 8 janvier) pour sortir un nouvel album alors que l’objet aurait fait un carton sous les sapins. Lancer ce même album avec un clip de 10 minutes nommé Blackstar, via un film sombre et mystique. Tout cela prouve que David Bowie est définitivement un taré de génie et un brouilleur de pistes hors pair. France 4, ce mercredi, ose l’exercice délicat du portrait, en plantant ses caméras dans un décor qui veut dire beaucoup: le château d’Hérouville, près de Paris. L’homme est venu y enregistrer son Low au milieu des années 70, en étant convaincu que les fantômes de Chopin et de George Sand rôdaient encore dans les pièces. Images d’archives, extraits de concerts et témoignages de contemporains fascinés alimentent un zoom forcément un peu flou et inévitablement fou sur ce mythe bien vivant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité