Bossemans et Coppenolle

Pour la deuxième année consécutive, douze animateurs et journalistes de la RTBF sont montés sur les planches, au profit de Viva For Life.

bossemans_1_-_rtbf

Le succès était au rendez-vous l’an dernier pour Le mariage de mademoiselle Beulemans. La RTBF a donc décidé de jouer la continuité et s’est attelée à Bossemans et Coppenolle, l’autre classique du genre. La troupe de joyeux lurons, emmenée par Guy Lemaire et Hubert Mestrez, a donné une seule représentation, en mai, sur la scène et dans les décors du Théâtre des Galeries qui présentait à cette période sa propre version de la pièce.

L’histoire se déroule toujours à Bruxelles où Georgette Coppenolle et Joseph Bossemans vont se marier. Leurs pères respectifs sont d’excellents amis. Jusqu’au jour où madame Violette, une intrigante, fait les yeux doux à Bossemans, qui est veuf, pour que son fils Joseph devienne le gardien de but de l’Union Saint-Gilloise. Or Léontine Coppenolle, la mère de Georgette, une mégère, est une inconditionnelle du Daring de Molenbeek. Résultat: un mariage interdit et une pièce bon enfant où le brusseleir est mis en valeur.

Au casting, on retrouve les désormais habitués: Hubert Mestrez (Bossemans), Guy Lemaire (Coppenolle), Caroline Veyt (madame Violette), Adrien Devyver (Nestor), Sara De Paduwa (Charlotte) et Cédric Wautier (Eliacin). A leurs côtés, des petits nouveaux: Sophie Delacolette (Georgette), Alexandre Mitéa (Joseph), Jérôme de Warzée (Madame Chapeau), Eric Boever (le patron du café), Joëlle Scoriels, qui à elle seule vaut le détour dans son rôle d’Arabella, la jolie serveuse à l’accent so british. Et enfin Véronique Barbier, le joker du 13 heures (Léontine Coppenolle). Un défi de taille pour la journaliste qui n’avait jamais imaginé jouer dans une pièce de théâtre. Elle avoue d’ailleurs que ça n’a pas été évident: « A la différence du JT où on lit notre prompteur, je devais tout retenir par cœur. Dans un premier temps ça m’a inquiétée. Et pour parvenir à mettre de l’émotion dans mes répliques, je devais vraiment comprendre la psychologie de mon personnage, une véritable mégère« . Objectif atteint!

Sur le même sujet
Plus d'actualité