La vallée des pandas

Dans la vallée du Sichuan, un centre travaille à l'accueil des pandas géants, leur reproduction et leur réintroduction dans la nature. Dans la vallée du Sichuan, un centre travaille à l'accueil des pandas géants, leur reproduction et leur réintroduction dans la nature. 

vallee_5_-_france_5

Attachant et populaire, le panda géant est menacé de disparition à cause de la fragmentation de son habitat naturel, en raison de la déforestation et de l’urbanisation. Il ne resterait plus que 1.600 individus dans les forêts montagneuses du Sichuan. Pour sauver l’espèce, le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant réunit des spécialistes, des soigneurs et des bénévoles venus du monde entier. Il est installé sur deux sites: la base de Bifengxia, qui accueille plus de 80 pandas, et le centre de Wolong, à 240 kilomètres, où les pandas grandissent en semi-captivité. Les femelles enceintes de Bifengxia sont ramenées à Wolong pour mettre bas dans la nature sans intervention humaine.

Cet intéressant et émouvant documentaire nous montre comment on surveille la grossesse de trois femelles: Shiu Xiu, recueillie blessée en 2008, Sulin, 9 ans, venue du zoo de San Diego, et Jini, 20 ans, originaire de celui de Pékin. La première, Sulin, met bas un bébé fragile, aveugle et dépourvu de poils. Alors que la grossesse de Jini se révèle psychologique, Shiu Xiu donne naissance à deux bébés. Une catastrophe dans la nature car l’un des petits serait condamné à mort, leur mère ne pouvant s’occuper que d’un bébé. Un subterfuge est mis au point: les jumeaux sont pris en charge, en alternance, cinq jours par un soigneur, ce qui va permettre à chacun de tisser des liens avec sa mère. Les petits de Wolong grandiront ensuite dans un enclos semi-sauvage de 3,5 hectares où tout est fait pour qu’ils s’habituent le moins possible à la présence humaine, c’est ainsi que l’on voit les soigneurs intervenir cachés derrière un déguisement de panda. Avec leur mère, ils apprendront à évaluer leurs congénères, à prendre les bonnes décisions. Alors seulement, ils pourront peut-être retrouver la liberté.

Sur le même sujet
Plus d'actualité