Qui es-tu Stromae?

Pour se marier et vivre en paix, Stromae a choisi le secret. RTL questionne néanmoins son entourage passé pour tenter d’en savoir plus.

stromae_1_-_reporters

Cela pourrait être le début d’une longue série. Qui es-tu? entend « aller à la rencontre de ces personnalités belges qui, dans de multiples domaines, sont des stars à l’extérieur de nos frontières sans être forcément prophètes en leur pays », explique le producteur Philippe Henry. « Stromae était parfait pour ce premier numéro car paradoxalement on sait très peu de choses sur lui. » Des informations par bribes liées à une communication ultra-verrouillée. Ce projet ne fait pas exception, les demandes d’interviews ont été déclinées par l’équipe de l’artiste. « Ce n’était pas une surprise » mentionne Philippe Henry, qui ajoute: « Quand on regarde l’émission on ne ressent absolument pas l’absence de Stromae, il est omniprésent. On a mis en relief les différents passages de sa vie avec son œuvre musicale. Il est présent par le biais d’interviews d’archives et tout ça est souligné par des gens qui ont croisé sa route à ce moment-là ». Amis d’école, éducateurs et professeurs de musique témoignent. L’on croise aussi le policier serviable qui figure malgré lui dans le clip de Formidable et le demi-frère du chanteur, retrouvé par l’équipe au Rwanda. L’émission colle à ce pays et tente de dérouler le fil de l’emblématique Papaoutai entre les larmes à la télévision ivoirienne à l’évocation du génocide dans lequel son père fut assassiné, le concert événement de Kigali et l’enfance à Laeken, à 10.000 km d’un géniteur absent. Jean-Michel Zecca endosse le look signature composé par la styliste et épouse de l’artiste, pour lier la sauce entre l’internat des jésuites à Godinne dans lequel l’ado fut envoyé après avoir doublé sa troisième, la passion pour le rap qui effrayait sa mère et le Quick de la rue Neuve où Stromae travailla pour payer ses études d’ingénieur du son à l’Inraci.

Sur le même sujet
Plus d'actualité