Blur en concert au Zénith de Paris

Face à six mille fans

blur_2_-_isopix

C’était en juin dernier. Le groupe Blur n’avait plus posé les pieds sur une scène parisienne depuis douze années, fêtant ses retrouvailles avec le public frenchy dans un Zénith plein à craquer. Six mille fans face à eux. Un show qui s’ouvre avec Go Out, extrait de « The Magic Whip », huitième disque de la bande à Damon Albarn. Celui-ci, comme souvent, semble avoir pris un shoot de vitamines avant de monter sur scène. Pour son euphorie personnelle, d’abord. Mais aussi pour des fidèles qui n’espéraient même plus revoir Blur un jour, presque résignés après tant de silence et des projets parallèles triomphaux (Gorillaz, principalement). Le décor est à la fois coloré, cocasse et pétillant. Les titres proposés, eux, voyagent entre passé et présent, se permettant aussi bien des virées du côté de « The « Great Escape » que de « Think Tank », « Blur », « 13 », « Parklife » ou même « Leisure ». Un condensé d’albums qui ont marqué la britpop et même la pop tout court. Un spectacle dense, tordu et ébouriffant, que la chaîne Arte programme pour ceux qui n’y étaient pas et pour ceux qui rêvent qu’ils y sont toujours.

Plus d'actualité