Whiplash

Tout pour la musique

whiplash_2_-_doc

Pour son premier film, Damien Chazelle frappe très fort. Comme Andrew, 19 ans à peine, sur ses fûts et ses cymbales… Jusqu’à avoir le sang qui lui coule des mains. C’est obsessionnel, il veut devenir le meilleur batteur de jazz de tous les temps. Chance pour lui: il a intégré le presigieux conservatoire de Manhattan, dans la classe de Terence Fletcher. Mais ce dernier est excessif, manipulateur, injuste, tyrannique. En un mot: odieux. Entre les deux, s’engage une lutte sans merci. Dès l’entame, le film n’est que musique. Au son des baguettes d’Andrew sur la batterie, répondent les pas de l’intraitable Fletcher dans le couloir noir. Une boucle musicale se répète alors inlassablement, puis monte en puissance à la manière d’un thriller. Les dialogues, les colères de Fletcher sonnent comme une rythmique qui ne nous lâche plus. A travers ce duel/duo musical fabuleusement interprété par Teller et Simmons, Chazelle pose la question de la quête de la perfection qui confine à la folie. Sans juger ses personnages, il nous donne sa réponse dans un final étourdissant, clou de ce spectacle musical immersif en diable, et qui vous laissera littéralement sans voix.

Sur le même sujet
Plus d'actualité