Une histoire d’âme

Arte propose un conte de la folie ordinaire...

histoire_3_-_arte

« C’est bien mystérieux », lâche Viktoria au terme d’un monologue aussi long qu’étrange. Bien mystérieux en effet, ce récit à une voix signé Ingmar Bergman, que Bénédicte Acolas adapte pour la télévision après l’avoir mis en scène au théâtre. Son héroïne nous apparaît tout d’abord en bourgeoise esseulée interpellant tour à tour sa gouvernante, son mari volage, sa rivale, son père… Mais dans le décor sobre et évocateur d’une demeure vide, les failles se font jour. Celles d’une femme perdue entre souvenirs, rêveries et réalité, un instant fatale, l’autre éternelle enfant. Multiple, à l’image des voix surgissant dans son esprit tourmenté en une troublante polyphonie. Au cœur de cette très belle réalisation, Sophie Marceau est étonnante de subtilité, assurant un périlleux numéro d’actrice qui l’offre seule à l’écran. Un fascinant conte de la folie ordinaire. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité