Le grand show: Johnny

La vieille canaille rassemble ses amis pour une grande célébration autour de son album.

grand_show_2_-_france_2

Le 13 novembre, jour des attentats terroristes qui ont frappé Paris et les cœurs, Johnny Hallyday livrait son nouvel album, le cinquantième. Ironie du sort, il est titré « De l’amour ». Pour la promo du disque, le chanteur a droit à un Grand show que Michel Drucker lui dédie entièrement. Y participent des invités de toutes générations, dont la star britannique Adele qui interprétera en exclusivité deux de ses plus grands succès, mais aussi ses compères, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, avec qui il reformera les Vieilles canailles pour la première fois à la télé.

Comme Drucker, plus âgé de quelques mois seulement, le rockeur de 72 ans a parcouru les époques et les modes. Les costumes pastel sont au placard depuis un bail, c’est le cuir qui lui colle à la peau. Après la variétoche, Johnny privilégie un retour au rockabilly, qu’il affectionne depuis sa jeunesse. « De l’amour », aux accents blues-rock, se démarque avec des chansons engagées comme Valise ou cercueil, qui évoque la crise migratoire qui agite l’Europe. Partageant sa vie entre l’Hexagone, pour sa tournée « Rester vivant » débutée en octobre, et Los Angeles, où vivent Læticia et ses filles, le chanteur a trouvé le temps de collaborer avec des artistes comme Vincent Delerm, Jeanne Cherhal, Miossec et Yodelice (unique compositeur de l’opus). Toujours à la pointe, le Taulier tweetait la veille de la sortie: « Un dimanche de janvier, hommage à Charlie Hebdo. Extrait de mon album #DeLamour qui sort demain! » Une esquisse pour son ami défunt Wolinski et un titre fort qui résonne comme une rafale de kalach. Quoi qu’on en dise, la bête de scène, bel et bien vivante, a de l’ »amuuur » à revendre. Le feu est allumé et la soirée risque d’être explosive. Mais cette bombe est musicale et ne fera aucun mal. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité