Détectives privés au cœur de l’enquête

Une plongée dans le monde discret des "agents de recherche" au service des particuliers, mais surtout des entreprises.

detectives_1_-_reporters

L’image du privé solitaire filant une femme volage ou un mari adultère fait partie des fantasmes les plus répandus concernant cette profession qui alimente depuis longtemps l’imaginaire des romanciers et des scénaristes. Aujourd’hui, ce métier qui rassemble près de 1.500 personnes en France garde encore pour beaucoup son parfum d’aventure, même s’il a fort évolué, notamment grâce aux nouvelles technologies.

Ce reportage montre comment les agents sont formés dans des écoles, théoriquement et pratiquement, quels sont leurs droits et leurs rapports avec la police – un détective ne peut enquêter que dans des affaires civiles ou commerciales, pas dans des affaires pénales. 

Les problèmes dans les familles, les couples, et même avec les enfants, font encore partie de leur fonds de commerce, mais ce sont les entreprises qui sont devenues leurs plus gros clients. Elles les utilisent par exemple pour traquer les contrefaçons. Nous accompagnons des agents qui suivent des vendeurs à la sauvette et recherchent leurs fournisseurs. Les détectives sont appelés aussi pour protéger les secrets industriels menacés par des employés indélicats ou des concurrents trop curieux. Et ils peuvent aussi être amenés à surveiller des employés soupçonnés d’arrêts maladie abusifs.

Si l’enquête pénale dans notre système judiciaire est réservée au juge d’instruction et à la police, certains détectives se sont spécialisés dans les contre-enquêtes car le système n’est pas infaillible. Nous suivons ainsi une jeune détective qui travaille pour des personnes condamnées qui proclament leur innocence. Elle réexamine leur dossier, part à la recherche de nouveaux éléments et tente de faire rouvrir une enquête. Un métier utile mais qui doit être contrôlé dans un monde où la protection de la vie privée est  mise à mal.

Sur le même sujet
Plus d'actualité