D6bels on Stage: La Grande Sophie

La Grande Sophie nous ouvre les portes de son monde le temps d'un live poétique.

d6bels_1_-_rtbf

Artiste phare de la scène pop folk, La Grande Sophie revient avec son nouvel opus « Nos histoires », sorti en septembre dernier. C’est son tube Du courage qui l’a fait connaître en 2003. Et il lui en aura fallu pour braver les méandres de la chanson française sans s’essouffler. Le temps qui passe, et la chanteuse avance en âge en conservant sa fraîcheur. Un album moins introspectif que les précédents, une plume affinée et toujours la même sincérité pudique. Dans D6bels On Stage, Quentin Mosimann invite Sophie Huriaux à raconter son histoire en musique.

Le résultat est bluffant: tantôt poésie aux mélodies accrocheuses, tantôt accords vifs aux liaisons aériennes. Sa voix claire et juste n’est pas un indice de ses 46 ans, qu’elle porte – dirait-on – avec sérénité. En nous chantant des histoires aussi personnelles qu’universelles, La Grande Sophie se dessine en conteuse moderne de nos vies. Chaque titre est une missive directement inspirée de ses rencontres, de ses lectures et de ses voyages. Le morceau Hanoi est le souvenir d’un concert avorté lors de sa précédente tournée qu’elle nous envoie sous forme de carte postale. Je n’ai rien vu venir, une dédicace révélatrice à Delphine de Vigan, Prix Renaudot 2015, la chanteuse s’étant inspirée du livre Jour sans faim pour écrire ce titre. Sur la scène du magazine musical, de belles surprises sont à prévoir. L’interprète d’un mètre septante-cinq nous offrira l’audacieux Maria Yudina en hommage à la pianiste russe résistante que pourtant Staline adorait. Jeanne Cherhal, sa complice depuis de longues années, la rejoindra également pour un duo piano-voix sur le titre Tu dors. Et bien sûr, Les portes claquent que l’on entend en ce moment sur les ondes sera le point d’orgue d’une soirée prometteuse sur La Deux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité