Les barons Empain, la dynastie fracassée

Edouard-Jean Empain est célèbre pour avoir été enlevé, séquestré et mutilé. Mais avec ce documentaire, il espère qu’on parle d’autres choses…

empain_2_-_reporters

Vous semblez très content de ce documentaire…

Edouard-Jean Empain – Peut-être que, quand les gens l’auront vu, on va m’interroger sur le général Empain. Pas sur l’endroit où j’ai été enlevé. Ou sur l’outil avec lequel on m’a coupé le doigt. Il y a beaucoup de choses à dire sur les Empain. L’enlèvement a été important pour moi. Mais par rapport à l’histoire de la famille, c’est un petit fait divers. Ce documentaire me soulage. J’ai accaparé le nom sur quelque chose de faux: la famille Empain, ce n’est pas un enlèvement. Et c’est très difficile à changer, cette vision. Ce film est la preuve qu’on peut parler d’autre chose.

De quoi, par exemple?

E.-J.E. – D’Héliopolis, la ville que mon grand-père a bâtie dans le désert. On peut aussi parler du Congo. J’ai vu le film et je suis vraiment satisfait du résultat. J’ai l’impression qu’on a été fidèle à ce qui s’est passé, même si tout n’a pas été dit. Et puis on a respecté mon témoignage. Ce n’est pas le cas avec Les orages de la vie, auquel j’ai participé. Je n’étais vraiment pas content…

S’appeler Empain, c’est une malédiction ou une bénédiction?

E.-J.E. – Je n’ai pas eu le choix! (Rire.) On peut dire que ma vie n’a pas été une balade de santé. J’ai eu une existence très compliquée alors que je suis quelqu’un de très simple. La famille attire la complication, c’est sûr… (Sourire.) Je n’ai pas eu une vie banale mais j’ai eu beaucoup de bonnes choses, aussi.

Vous dites que le général de Gaulle ne vous aimait pas…

E.-J.E. – Non, parce qu’il n’aimait pas mon père. Je ne suis pas responsable de mon père. Et la moindre des choses, c’était d’être poli… Cela dit, les Français n’aiment pas qu’on leur parle des Empain. Ils ont mauvaise conscience à cause de la manière dont ils nous ont traités (ils ont exclu la famille de tout ce qu’ils avaient bâti en France pour le nationaliser – NDLR).

Vous vivez en France, pourtant.

E.-J.E. – Mais je suis Belge. Ne me dites jamais que je suis Français. Je suis très fier de mes racines.

Plus d'actualité