In the Flesh, saison 1

Le défilé des morts-vivants

in_the_flesh_1_-_doc

D’ordinaire, les zombies se traînent en grognant et se nourrissent de chair humaine tant qu’on ne leur a pas logé une balle (ou un couteau, ou une flèche) en pleine tête. Mais dans l’Angleterre d’In The Flesh, le gouvernement a fait un choix moins radical: traités médicalement, les morts-vivants sont autorisés à réintégrer la société. Excellent postulat de base pour cette série socialo-fantastique, qui use de la métaphore pour analyser les réactions d’une communauté villageoise face à la différence, au deuil et à la rédemption. Contraints de gommer leur anormalité, empêchés de s’assumer tels qu’ils sont, les revenants se heurtent ainsi à la culpabilité (ils ont dévoré pas mal de gens avant d’être soignés), au désarroi de leur famille et à la haine d’une milice armée lancée à leurs trousses. Une création BBC aussi étonnante que percutante.

Plus d'actualité