La grande librairie: Spécial littérature jeunesse

En plein boom depuis quelques années, la littérature jeunesse s’offre un plateau télé.

grande_librairie_1_-_reporters

A quelques jours de l’ouverture du Salon du livre de Montreuil, François Busnel consacre une émission aux bouquins qui s’adressent aux petits et aux ados. Premier invité confirmé: Pef, le garant du royaume du Prince de Motordu, une série de livres pour enfants jouant des paronymes et de l’humour. C’est un livre « pour les grands » que l’auteur-illustrateur vient présenter. Un choix surprenant mais intéressant. Dans son Petit éloge de la lecture (Folio), Pef évoque les mots comme des trésors de l’enfance et de l’adolescence en quête. Il célèbre une lecture sans snobisme, de tous les supports, de la presse aux classiques en passant par la bande dessinée.

Et si c’était l’enjeu majeur de la littérature jeunesse aujourd’hui? Ce terrain gagné sur le champ de bataille face à la fatuité d’une littérature qui se veut « grande ».

Alors qu’Alice fête ses 150 ans d’errance au Pays des merveilles, la littérature jeunesse conquiert un marché toujours plus vaste fait d’enfants prêts à avaler 700 pages pour connaître la suite des aventures de leur héros, d’ados qui créent des chaînes YouTube pour discuter de bouquins et d’adultes savourant des dystopies. En 2014, dans un secteur de l’édition en berne, la littérature jeunesse affichait un beau 4,3 % d’augmentation (ventes de licences comprises). Les livres pour les tout-petits rivalisent de créativité et nombre des derniers phénomènes d’édition se trouvent dans le rayon « young adults »: Hunger Games, Nos étoiles contraires et Endgame ont pris le relais des Twilight et Harry Potter. L’apprenti sorcier figure d’ailleurs, avec Le Petit Prince, dans le liste des « 20 livres qui ont changé votre vie » que La grande librairie a dévoilée dans son émission spéciale de décembre dernier. La bien-pensance s’est étouffée, au profit de la culture.

Sur le même sujet
Plus d'actualité