Jessica Jones

Instable, dépressive et alcoolique mais dotée d’une force surhumaine, Jessica Jones est l’antihéroïne par excellence. Un ovni dans l’univers télé des studios Marvel.

jessica_1_-_netflix

Que ceux qui, comme nous, trouvent que les productions Marvel commencent à sérieusement tourner en rond se réjouissent. Jessica Jones arrive à point nommé pour changer la donne, tant sur la forme que sur le fond. Un an après s’être débarrassée de l’infâme Killgrave (David Tennant, terrifiant de froideur), Jessica a raccroché son costume de superhéroïne et est devenue détective privée, travaillant à la petite semaine pour des maris trompés, des gens plus ou moins louches ou un bureau d’avocats tenu par l’inflexible Jeryn Hogarth. Mais son passé la rattrape le jour où les Shortman viennent la voir pour qu’elle les aide à retrouver leur fille, Hope. Avec cette affaire, Jessica découvre que Killgrave a échappé à la mort et cherche à nouveau à l’atteindre pour mieux reprendre le contrôle de son esprit. Car Killgrave a la faculté de faire faire ce qu’il veut quand il veut à qui il veut, pour peu que la personne ne soit pas sous l’emprise de l’alcool. Sans abuser de ses pouvoirs mais avec l’aide de ses amis Trish, Will, Luke et même Jeryn, Jessica va faire tout ce qu’elle peut pour enfin se débarrasser de celui qui l’a psychologiquement détruite.

Métaphore de la violence faite aux femmes et de ses conséquences, Jessica Jones se démarque de ses prédécesseurs par son réalisme (sexe et picole sont au programme) et son histoire de post-superhéros. Pour Krysten Ritter (Breaking Bad), qui incarne Jessica, « il fallait d’abord intégrer tout son passé, tout ce qu’elle a traversé comme épreuves. Et puis, elle n’est pas comme les autre héros de la galaxie Marvel. Son voyage intérieur et ses conflits sont des problèmes personnels auxquels le public peut facilement s’identifier. Marvel présente d’abord le show comme un thriller psychologique, puis seulement comme une série de superhéros. J’ai plutôt pensé à elle comme une femme à qui il arrive parfois d’user de sa force quand c’est nécessaire ».

Et de comparer son personnage avec celui de Daredevil: « Jessica et Daredevil ont en commun leur côté terre à terre, de vivre dans le monde réel et dans le même quartier de New York. Ils pourraient même se rencontrer. Jessica Jones explore plus un personnage alors que Daredevil présente quelqu’un qui se bat pour le bien de la ville. Jessica, elle, n’en a rien à faire de ça. Le ton est différent, comme celui de Luke Cage le sera aussi ». Luke Cage qui succédera à Jessica Jones en 2016 avant de faire la place à Iron Fist pour qu’enfin les quatre se rejoignent en 2017 ou 2018 dans The Defenders.

Sur le même sujet
Plus d'actualité