Merci pour tout, Charles

Un divorce et ça repart

merci_1_-_france_2

Revoilà Charlotte de Turckheim dans son traditionnel rôle de bourgeoise, version potiche prenant sa revanche. Soit Caroline, quinqua empotée, abandonnée du jour au lendemain par son pleutre de mari. Sans le sou, le C.V. aussi vierge qu’un nouveau-né, l’éplorée au look tailleur-serre-tête va devoir remonter une sacrée pente avant de conquérir une liberté nouvelle. Et bien évidemment, c’est auprès des classes populaires – tellement plus sincères – que cette pauvre âme des beaux quartiers va retrouver le chemin du bonheur. Sur une trame archi-rebattue, cette comédie bien-pensante aligne tous les poncifs de la riche femme au foyer déconnectée de la réalité, qui se révèle en devenant animatrice de supermarché (mais oui) et arrache son CDI en vendant ses köttbullars suédois sur fond d’Abba. Pas indispensable.

Sur le même sujet
Plus d'actualité