Jaune iris

Un duo de flics dont les secrets sont explorés

jaune_1_-_france_2

Après Hiver rouge et Bleu catacombes, Paris se fait jaune iris pour le mélancolique commissaire Rousseau et l’énigmatique commandant De Luca, duo de flics joliment complexe et inspiré des romans de Gilda Piersanti. Au-delà de l’enquête proposée dans ce nouvel opus – pas aussi banale qu’elle semble l’être de prime abord –, l’on s’attache surtout aux à-côtés. En pleine déprime, Rousseau délaisse son équipe pour tenter de lever le voile sur une affaire autrement plus personnelle: la disparition inexpliquée de son fils cinq ans plus tôt, à laquelle cet épisode s’intéresse d’un peu plus près. Quant à De Luca, quelqu’un semble surveiller ses coquines sorties nocturnes. Deux personnages dont les secrets et douleurs sont ici davantage explorés, soutenant l’intérêt de ce polar habile à distiller une atmosphère en accord avec ses singuliers héros.

Plus d'actualité