Le dessous des cartes: La politique étrangère turque dans l’impasse

A quel jeu joue Erdogan?

dessous_1_-_isopix

Au début du mois de novembre, les Turcs se rendront aux urnes pour la deuxième fois en cinq mois. En juin dernier, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et son parti l’AKP avaient été mis en minorité au parlement et n’étaient pas parvenus à créer une majorité. Depuis plusieurs mois, l’État turc est fragilisé. Le cessez-le-feu avec les Kurdes du PKK a été rompu, et la position de la Turquie face à l’État islamique demeure ambiguë. On soupçonne le pays d’avoir permis le passage d’armes vers l’organisation terroriste, avant qu’il ne lui déclare finalement la guerre après un attentat sur son sol en juillet 2015. Au vu de ces événements et d’une politique turque qui semble de moins en moins reliée à l’occident, Le dessous des cartes analyse le balancement du pays vers le Moyen-Orient et ses ambitions dans cette région-poudrière.

Sur le même sujet
Plus d'actualité