Graffiti: peintres et vandales

Le paradoxe de l’aérosol

graffiti_3_-_reporters

D’abord considéré comme un enlaidissement du paysage urbain, le graffiti a aujourd’hui sa place dans les galeries d’art et certaines de ces peintures réalisées à la bombe valent maintenant des millions. Mais est-ce que le graffiti peut réellement se limiter aux toiles exposées des galeries? Pour certains non. L’essence-même de cet art reste en effet dans la rue et ses peintres ne sont pas des artistes mais des voyous. D’ailleurs, même s’ils sont désormais reconnus par la communauté artistique, les auteurs de ces pochoirs, de ces tags et de ces fresques continuent d’être réprimés par la justice et risquent même la prison – ou carrément leur vie – pour avoir apporté un peu de couleur sur des murs gris. Nulle part dans le monde une société n’a encore résolu ce paradoxe, faisant du graffiti une forme artistique véritablement à part.

Sur le même sujet
Plus d'actualité