Témoin sous silence

Les deux témoins d’un quadruple meurtre se terrent dans le silence. Un polar norvégien sombre et prenant.

temoin_3_-_arte

Dans une petite ville de Norvège, deux ados, Henning et Philip, s’amusent en moto près d’une sablonnière plongée dans la nuit. Et échangent un baiser qui se révèlera lourd de conséquences. Depuis la cabane où ils se sont retirés, les deux amis assistent à une véritable exécution. Repérés par le tueur qui vient d’abattre quatre membres d’un gang de motards, ils parviennent à l’assommer et lui subtilisent son arme. Henning, par peur de révéler ses penchants homosexuels, fait promettre à Philip de taire leur présence sur les lieux du crime. Un secret qui ne va pas tarder à ronger les jeunes témoins, comme il complique l’enquête de la police, désarmée par le manque d’indices. Un peu longue à se mettre en place, cette minisérie norvégienne finit pourtant par révéler une maîtrise toute nordique du polar, entraînant le téléspectateur dans une histoire sombre aux ramifications multiples et à la psychologie étudiée.

Le scénario se décline sur plusieurs fronts, où les relations entre les personnages complexifient une intrigue déjà délicate, sur fond de guerre des gangs et d’économie illicite: la responsable locale de l’enquête se confronte à la fois aux spécialistes d’Oslo, pas toujours coopératifs, et à l’étrange attitude de Philip, placé chez elle en raison des troubles psychiatriques de sa mère; Henning s’enferme dans un déni destructeur; l’une des flics, indirectement liée au gang de motards, se retrouve bientôt dans de sales draps; la fille fugueuse d’un mafieux poursuit un mystérieux objectif; les membres des gangs s’affrontent dans une violente quête de vengeance; et le meurtrier refait surface là où on ne le cherchait pas. La trame reste classique, mais elle s’avère d’autant plus efficace que le récit s’attache à sonder des héros pris dans leurs contradictions. Noire et haletante, une nouvelle création scandinave qui vaut le détour.

Plus d'actualité