La grande librairie

Khadafi et 2084

librairie_3_-_isopix

Soirée au ton très politique, sur le plateau de la Grande librairie. D’abord, il y a La dernière nuit du Raïs, de Yasmina Khadra, qui imagine les dernières heures de Mouammar Khadafi, guerrier devenu mégalomane, et se voit acculé à une mort prochaine alors qu’auparavant, «les idoles et les poètes lui mangeaient dans la main.» Puis, il y a 2084, la dystopie à haute valeur polémique de Boualem Sansal, qui imagine un empire dirigé par un totalitarisme islamique. De totalitarisme, il est aussi question dans le très intrigant La zone d’intérêt de Martin Amis (photo). En gros, il s’agit d’un vaudeville dans un camp de concentration. L’œuvre a été refusée par les éditeurs habituels d’Amis, qui a pris un pari à haut risque en dépeignant les nazis comme des fonctionnaires bouffons et ridicules, tout en en auscultant en profondeur le profond manque d’humanité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité