Rugby Coupe du monde 2015: Angleterre/Fidji

Pendant un mois et demi, l’Angleterre accueille la huitième coupe du monde de rugby.

rugby_2_-_isopix

Si, curieusement, le rugby – dont la taille du ballon rappelle qu’il s’est joué à l’origine avec un testicule de porc – est né plusieurs décennies avant le football, il ne jouit d’une Coupe du monde que depuis 1987 seulement. Mais pour une raison tout à fait louable: la volonté, pour la Fédération internationale, de privilégier l’amateurisme au professionnalisme, et d’ainsi éviter de transformer l’ovalie en business. Au final, le rugby a donc finalement opté pour une évolution, lente et raisonnée. Ce qui n’est déjà pas si mal…

Huitième du nom, ce Mondial se déroule pour la deuxième fois en Angleterre, logiquement favorite à domicile, comme l’Australie et surtout la Nouvelle-Zélande, qui n’a perdu que trois matchs depuis son titre il y a quatre ans. Quant à l’Afrique du Sud, la France, l’Irlande voire le Pays de Galles, ils seront surtout là pour jouer les trouble-fête. Alors que la Namibie, elle, découvrira cette compétition réunissant vingt pays (5 groupes de 4) se disputant tous les quatre ans les années impaires, dans le but de ne croiser ni Mondial de foot, ni Jeux olympiques. On notera que quelques matchs auront lieu à Cardiff au Pays de Galles, et que l’épreuve reste particulièrement longue, puisqu’elle se terminera le 31 octobre seulement.

Une Coupe du monde qui, sauf surprise, devrait à nouveau battre son record d’audience, via les effets de la mondialisation. C’est d’ailleurs dans cette optique que les instances ont choisi le Japon comme pays organisateur de la prochaine, en 2019, la première organisée dans un pays « non traditionnel ». Quant à l’espoir de croiser un jour la Belgique, il n’a sans doute jamais été aussi grand: notre pays, pourtant toujours composé uniquement de joueurs amateurs, lui, est actuellement 26e mondial. On dit chapeau!

Plus d'actualité