Patience, patience… T’iras au paradis

Le ciel est leur limite

Patience, patience… T’iras au paradis

« La violence et la souffrance qui défilent génération après génération, j’ai tout fait pour qu’elles s’arrêtent à moi, pour qu’elles ne passent pas à mes filles, mes belles-filles et mes petites-filles ». Sur scène, la slameuse sexagénaire Tata Milouda se transforme en porte-parole de ces femmes maghrébines issues de la première vague d’immigration, celles à qui l’on répétait « Patience, patience, t’iras au paradis » pour les inciter à se soumettre en silence. C’est ce mur de silence que brise Hadja Lahbib en nous dévoilant le côté solaire de leur force lorsqu’elles décident de devenir actrices de leur destin… et de s’offrir un voyage à New York! Après un immense succès en salle – il est resté à l’affiche durant 6 mois -, ce film débarque sur La Une en version légèrement raccourcie (64′).

Sur le même sujet
Plus d'actualité